BEA LA MAMIE DE L'ELECTRO

Dans la force de l’âge, ayant épuisé la médecine-carrière, elle retourne à ses premières amours au travers du jazz et forme un quartet  francophone, cette fois-ci en tant que chanteuse et se produit dans les hauts lieux du jazz de Suisse Romande. En 1998 elle sort un CD « REFUGE ».
Avec l’émergence des musiques électroniques et les premiers laptopeurs à la fin des années 90, Bea reçoit une onde de choc qui ne la quittera plus et la guidera tout naturellement vers la « Mamie de l’Electro »….
 C’est une véritable mutation ! Enfin elle a trouvé la musique qui convient aux textes qu’elle écrit. Elle décide de s’initier à l’ordinateur.

La grande aventure commence au printemps 2001 et, conseillée par plusieurs « Zorros de l’ordi », elle avance cahin-caha.
En autome 2001, elle s’inscrit au Conservatoire Populaire de Musiquepour des cours d’électro-acoustique et rencontre Boubs et Nicolas Sordet.
Cette recherche électronique durera quatre années, sur des sons issus de la voix humaine, de la nature, de machines, d’animaux, mais aussi d’œuvres d’art, et viendra ici soutenir, compléter et surtout préciser la poésie de Bea.

En 2005, son grand projet se réalise par la mise en scène de son spectacle « Bea la Mamie de l’Electro » et en 2006 par la sortie de son nouveau CD « REBELLE ».Ce CD tout, comme son spectacle, est un véritable chant à la liberté : briser les différentes prisons qui font partie de notre société : la vie, la mort, la maladie, la vieillesse, la guerre, la consommation, la prostitution, la religion !
Le message que Bea désire transmettre est imprégné de l’expérience de toute une vie  puisqu’il est celui d’une femme « mûre » qui a connu ou qui connaît encore le goût de certaines de ces prisons, mais qui, avant tout, a encore tant besoin d’air et de lumière.
L’ambiance, souvent acide et dérisoire de ses textes est soulignée par une musique originale, sorte d’hybride électro-acoustique, qui donne libre champ à ce cri de révolte servi entre le slam et les mélodies de Bea : être et rester « Rebelle ».

Depuis, Béa n’est pas en reste et on a pu la découvrir sur des scènes genevoises telles que « Voix de Fête » ou encore pour les « Créatives », deux festivals au travers desquels elle partagera l’affiche avec des artistes tels que Camille, Katerine, Anaïs, ou encore, et plus récemment, Claire Diterzi.
Avide d’expériences nouvelles, Béa a aussi participé à une performance au Luminarium, structure gonflable gigantesque, créée par « Architects-of-air » et rapatriée pour l’occasion depuis Hong-Kong.
Une autre performance remarquée, fut celle qu’elle présenta en novembre, dans un ascenseur, au musée d’Art Moderne « Mamco », de Genève.
Cette même année 2006, elle tournera encore trois vidéo-clips dont un dans une prison à Vevey pour « Libre et Fou », un autre « Showbiz » dans un Luna Park, et pour « On ne sait pas », elle met en scène la sculpture d’un artiste africain, Sitwell Rihlamvu.

En 2007, Bea a eu l'occasion de se produire dans plusieurs lieux notamment au « Chat Noir » à Carouge. Bea a également fait un nouveau clip pour le morceau « Chien » ainsi qu'une collaboration sonore au projet « Devenir-Animal » au Théâtre de l'Arsenic à Lausanne.

En 2010, elle fait remixer son album "Rebelle" par 5 artistes Suisse Romand; Kid Chocolat, Tony G, POL, Dual II et Version F. Tous ces artistes ont une actualité musicale florissante et ont remixé chacun 2 morceaux. Un nouvel album sort en avril 2010, "Rebelle remixed" devient une version très moderne et electro de l'album "Rebelle". Il est disponible en téléchargement sur pratiquement tout les sites ainsi que distribué chez tous les disquaires de Suisse avec le CD "Rebelle" par NAMSKEIO.
Fin 2012, l'album "Rebelle remixed" est ré?édité sous forme de vinyle picture disc.

En 2012, Bea commence la batterie/percussion avec son professeur Michael Chapon. La batterie classique se complète d'un hang, de bongos, d'un chimes (carillon) ainsi qu'un looper Jaman et d'un Kaospad. Elle utilise également un micro sans fil pour ses textes qu'elle désire accompagner avec son nouvel "instrument".

 

 

 Fermer la fenêtre / Close Window